Sélectionner une page

Les réfugiés,
une chance
pour la France

Imaginez la campagne qui donnera aux Français l’envie d’accueillir

Concours clos –

Nous sommes nombreux à œuvrer pour l’accueil et l’insertion des réfugiés. Sur ce sujet, acteurs publics ou privés, chacun à notre place, nous participons à faire appliquer le droit international et à faire vivre les valeurs de la République.

Pour gagner la bataille de l’insertion et de l’intégration, nous devons également lutter contre les idées reçues, les peurs inappropriées, les mensonges, les « infox » comme il convient de dire désormais. Chacun le fait à son niveau. Mais nous avons voulu proposer à des étudiants en communication, design graphique, photographie, audiovisuel, multimédia, arts appliqués et arts plastiques de nous faire profiter de leur intelligence et de leur créativité et ainsi de servir cette grande cause humaniste, afin que leur regard neuf, leur dynamisme nourrissent une communication institutionnelle, parfois un peu trop institutionnelle. À travers ce concours, ces futurs professionnels pourront mettre tout leur talent au service d’une grande cause : la lutte contre les préjugés sur les réfugiés.

En participant à ce concours, faites entendre votre voix, votre intelligence et votre esprit au service d’un monde plus fraternel.

Lionel Pourtau
Acteurs d’Humanité / Mouvement Habitat et Humanisme

Le contexte

L’Europe a connu ces dernières années un accroissement important du phénomène migratoire, et la France, dans la droite ligne de ses valeurs républicaines et de son histoire de terre d’accueil, s’est engagée dans l’accueil sur son territoire et l’inclusion au sein de sa société d’un nombre de réfugiés défini mais que certains dénoncent comme « une vague déferlante », une invasion, ou un fléau.

Alors que les personnes réfugiées possèdent pour certaines des compétences professionnelles, artistiques, ou des savoir-faire artisanaux, hautement appréciés dans leur pays d’origine, leur apport à la société française reste insuffisamment valorisé, et elles sont trop souvent dénigrées ou ostracisées. Qu’elles soient journalistes, artisans, entrepreneurs, militants politiques, elles sont avant tout des parents, des hommes et des femmes, riches d’un passé et de leur culture. Au travers de leur parcours d’exil, et les situations parfois extrêmes qu’elles ont traversées, les personnes réfugiées ont démontré des capacités élevées de résilience et une capacité à entreprendre ou à s’adapter — non par choix, mais par nécessité — qu’il est utile de valoriser. Cependant, leur statut administratif prime sur ce qu’elles sont.

À ce manque de reconnaissance de la richesse des personnes migrantes accueillies au sein de notre société s’ajoute la confusion autour de leur statut, de leurs droits et devoirs. La désinformation organisée sur les chiffres, souvent à des fins politiques ou populistes provoque ou amplifie le phénomène de rejet dont elles sont l’objet.

Pourquoi ce concours  ?

Les organisateurs, institutionnels et associatifs, ont souhaité croiser leurs approches sur la question, pour ouvrir une voie supplémentaire à la déconstruction des préjugés négatifs et par là même à une meilleure reconnaissance de l’humanité des personnes réfugiées, pour faciliter et promouvoir leur insertion dans notre société.

En associant les étudiants à cet objectif, les organisateurs font le pari de la créativité et de l’œil nouveau sur un problème – le rejet de l’autre, de l’inconnu – pourtant ancien et trop souvent répété au cours de l’histoire. Les étudiants devront puiser dans leurs ressources créatives pour sensibiliser le grand public et changer les regards en faveur de cette grande cause d’intérêt général.

Qu’est-ce qu’un réfugié ?

Les personnes dites réfugiées dans notre pays et selon les termes du droit, sont des personnes craignant avec raison d’être persécutées du fait de leur race, de leur religion, de leur nationalité, de leur orientation sexuelle, de leur appartenance à un certain groupe social ou de leur opinion politique, et qui se trouvent hors du pays dont elles ont la nationalité, et qui ne peuvent ou, du fait de cette crainte, ne veulent, se réclamer de la protection de ce pays. En France, c’est l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) qui examine au cas par cas la situation de toutes celles et ceux qui formulent une demande du statut de réfugié.

On distinguera donc les réfugiés statutaires des migrants économiques, des expatriés, des étudiants étrangers, ou de toute personne étrangère qui fait le choix de s’installer en France. Notons que la situation de ces derniers, qui ne sont pas l’objet premier de ce concours, bénéficiera cependant par effet de synergie de l’apport positif d’un tel projet.

Pour rappel, les causes premières du phénomène de l’exil et du refuge sont la famine, les conflits armés, la persécution ou le risque fort d’atteinte à la vie ou à la sécurité des personnes.

Quelques chiffres

La France compte environ 250 000 bénéficiaires de la protection internationale, dont environ 230 000 réfugiés statutaires. Ces personnes représentent donc 0,3% de la population du pays. En 2017, 43 000 personnes ont obtenu l’asile, contre 36 233 en 2016, 26 700 en 2015 et 21 000 en 2014. Si leur nombre a doublé au cours des quatre dernières années, il semble aujourd’hui se stabiliser.

Pour approfondir la question des chiffres relatifs aux réfugiés, l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), l’établissement qui octroie le droit d’asile, publie chaque année un rapport sur l’asile en France disponible sur son site : www.ofpra.gouv.fr

Les prix

Le jury sélectionnera une série de travaux pour leur qualité, leur pertinence et leur efficacité supposée, dans les deux catégories de supports proposés. Parmi ces travaux, trois prix seront remis lors d’une cérémonie officielle. Le montant des prix sera réparti de la façon suivante :

— catégorie vidéo et animation : 1er prix 1 000€, 2e prix 600€, 3e prix 300€

— catégorie affichage et presse : 1er prix 1 000€, 2e prix 600€, 3e prix 300€

Le jury peut décider de n’accorder aucun prix ou seulement une partie de ceux-ci. Un prix récompense un projet, réalisé seul ou en équipe. Les décisions du jury sont sans appel.

Les organisateurs du concours

En France, les acteurs institutionnels ou associatifs sont nombreux à œuvrer sur la question de l’accueil et de l’intégration des personnes réfugiées et/ou sur la question des discriminations. Les organisateurs de ce concours ont choisi de s’associer pour unir leur connaissance des sujets et offrir un portage global et une visibilité la plus large possible à ce projet.

La Diair – Délégation interministérielle pour l’accueil et l’insertion des réfugiés

Annoncé à l’été 2017 dans le plan d’action pour garantir le droit d’asile et mieux maîtriser les flux migratoires, un délégué interministériel chargé de l’accueil et de l’intégration des réfugiés a été institué auprès du ministre de l’Intérieur. Celui-ci a pour mission de participer à la définition et à l’animation de la politique d’accueil et d’intégration des réfugiés.
Les principaux domaines d’intervention de la Délégation sont :

  • la maîtrise de la langue française
  • l’accès au logement
  • l’accès à l’emploi et à la formation professionnelle
  • l’accès aux droits
  • la prise en charge sanitaire et sociale
  • l’accès à l’éducation et à la culture

Le Délégué assure une coordination et une mobilisation des acteurs à tous les niveaux : administration centrale ou déconcentrée, collectivités territoriales, associations et société civile.

accueil-integration-refugies.fr

La Dihal – Délégation interministérielle pour l’hébergement et l’accès au logement

La délégation est chargée d’assurer la coordination et le suivi de la mise en œuvre des priorités de l’État en matière d’hébergement et d’accès au logement des personnes sans-abri ou mal logées.

Depuis 2015, le pôle Migrants de la Dihal est chargé de missions opérationnelles concernant le logement et l’accompagnement global des réfugiés en France. Dans la suite de la création de la Diair en janvier 2018, la Dihal travaille en étroite collaboration avec cette dernière sur la question spécifique du logement des personnes réfugiées et notamment à travers : le pilotage de la plateforme nationale pour le logement des réfugiés qui centralise des logements vacants du parc social ou privé ainsi que des places en résidences sociales, résidences sociales jeunes ou foyers de jeunes travailleurs, partout en France ; le pilotage du dispositif national de logement des réfugiés « réinstallés » syriens ; et le pilotage du dispositif expérimental d’hébergement de réfugiés chez les particuliers lancé à l’été 2016.

www.dihal.gouv.fr

Acteurs d’humanité / Mouvement Habitat et Humanisme

Créé en 1985 par Bernard Devert pour répondre à l’exclusion et l’isolement des personnes en difficulté, le mouvement Habitat et Humanisme agit en faveur du logement, de l’insertion et de la recréation de liens sociaux. En 2016, un Pôle Accueil des Réfugiés a été créé au sein du Mouvement, sous l’égide d’Acteurs d’Humanité. Les missions de ce Pôle sont :

  • la création et la gestion de centres d’hébergement et d’accompagnement pour demandeurs d’asile, réfugiés et bénéficiaires de la protection subsidiaire ;
  • le développement de programmes d’intégration par la formation, l’emploi, l’accès au logement, la santé et la culture ;
  • la production de recherche sur les migrants et leur accueil.

humain.hypotheses.org

L’Institut Convergences Migrations

L’institut rassemble 280 chercheurs issus de différentes disciplines et institutions pour une meilleure compréhension des migrations. Il cherche à articuler science et sociétés autour de cette problématique. Il organise des activités de recherche collectives (séminaires, journées scientifiques, publications…), finance des projets de recherche émergents, et des jeunes chercheurs. Il créera un nouveau master, permettant d’allier des enseignements en sciences humaines, sciences sociales et sciences de la vie. Porté par le CNRS, il rassemble sept partenaires de recherche (EHESS, EPHE, Ined, Inserm, IRD, Paris 1, Collège de France). Il est financé jusqu’au 31 décembre 2025.

www.icmigrations.fr